Correction à pile ou face

interrogation« À peine allongée, les larmes se mirent à couler. » Voilà le genre de phrase que je retrouve souvent dans les manuscrits que l’on me demande de corriger. Le genre de phrase que je ne peux pas laisser passer.

D’ailleurs, je ne suis pas la seule : Antidote non plus ne la laisse pas passer. Le seul problème, c’est qu’il la corrige mal.

Antidote, vous en avez peut-être (sans doute, si vous vous intéressez à la correction) déjà entendu parler. C’est un logiciel de correction de texte. Un très bon logiciel. Je l’utilise d’ailleurs régulièrement. Mais ce n’est qu’un logiciel et il n’a pas (encore ?) toutes les qualités d’un humain.

Dans la phrase ci-dessus, Antidote propose en effet de corriger en ajoutant un « s » à « allongée ».

La correction d'Antidote

Pourquoi ? Parce que dans ce genre de phrase, l’adjectif qui précède la virgule doit être accordé au sujet du verbe qui vient juste après. Antidote pourrait donc avoir raison. Sauf qu’en l’occurrence, il y a erreur sur la compréhension de la phrase.

Ce ne sont pas les larmes qui sont allongées, mais la personne (en l’occurrence une femme) dont les larmes se mettent à couler.

Dans ce cas, comment corriger ? La phrase n’est pas bonne, mais elle peut être modifiée de différentes manières. Il n’y a pas une seule version possible.

En général, j’en propose deux. L’une dans laquelle la première partie de la phrase est conservée : « À peine allongée, elle sentit les larmes se mettre à couler ». L’autre dans laquelle c’est la seconde partie de la phrase qui reste inchangée : « Dès qu’elle s’allongea, les larmes se mirent à couler ».

Ensuite, c’est à l’auteur de faire son choix. À pile ou face s’il le désire :-)

Cet article vous a plu ? Partagez-le en cliquant sur l’un des boutons ci-dessous !

4 réflexions au sujet de « Correction à pile ou face »

  1. Bonjour Florence
    J’utilise aussi Antidote dont je suis également très satisfait, malheureusement ce n’est pas une baguette magique. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, il faut assez bien maîtriser la langue française pour ne pas se faire piéger ! Ceci dit, il rendra bien des services notamment pour des fautes basiques comme les accords ou des fautes de frappe.
    Patrick Articles récents..Quel avenir pour les futurs auteurs ?My Profile

    1. Bonjour Patrick,

      Tout à fait d’accord. Pour ce qui est basique et répétitif, Antidote fait merveille (comme tout ce qui est automatique) mais pour le reste, il ne faut surtout pas lui laisser le dernier mot !

      Florence

  2. Bonjour Florence,

    Vous voulez dire que ce genre de phrase est fausse alors? Cela me semble étrange, si l’on parlait juste avant d’une personne, je ne vois pas pourquoi l’on ne pourrait pas enchainer sur ce genre de phrase. Mais je ne suis pas experte en orthographe :)
    On pourrait peut-être proposer aussi : à peine allongée, ses larmes se mirent à couler. Pour du coup casser la confusion entre allongée et larmes ?

    1. Bonjour Tiphaine,

      En effet, cette phrase est fausse. Sa construction n’est pas bonne. « À peine allongée » en début de phrase impose que le sujet qui arrive après la virgule soit féminin singulier et qu’il s’agisse de la chose ou de la personne qui est effectivement allongée. Là, le sujet, qu’il s’agisse de « les larmes » ou « ses larmes » est féminin pluriel et ce ne sont clairement pas les larmes qui sont allongées :-)

      Florence

Les commentaires sont fermés.