Marre de ce client-là !

prise-de-tete
J’ai la réputation d’être patiente. Très patiente. Pourtant, même ma patience a des limites ! Et le fait est qu’elle est parfois mise à rude épreuve

Depuis le début de l’année, j’ai été contactée à plusieurs reprises par des gens qui souhaitaient me confier la correction de leur manuscrit, mais pas seulement : ils demandaient également mon aide pour la publication. C’est un domaine que je connais, puisque je publie moi-même mes textes. J’ai donc accepté à chaque fois, en précisant tout de même les limites de mes compétences : je ne connais pas tous les services de publication en ligne ou d’impression à la demande.

Publier un texte, c’est bien sûr le mettre en forme. Autrement dit, ajouter les pages de titre et de copyright, éventuellement une table des matières.

Pour une distribution papier, il faut aussi prévoir la numérotation des pages, éventuellement l’impression du titre et du nom de l’auteur en en-tête de page, l’ajout d’une page indiquant le nom de l’imprimeur et la date de dépôt légal. Mais avant tout cela, il faut paramétrer la taille de la page et des marges utilisées. Ces données pouvant être imposées par le service d’impression, il est indispensable de l’avoir choisi auparavant.

Pour une distribution numérique, la table des matières doit contenir des liens cliquables. De même, la liste des autres livres écrits par l’auteur (s’il y en a) doit mener aux pages Internet correspondantes. Le texte lui-même ne doit pas comporter de césure, puisque selon la taille de caractère choisie par le lecteur, l’affichage varie considérablement.

Bref, on ne prépare pas un texte de la même façon pour le papier et pour le numérique. Et pour une diffusion papier, la préparation du texte dépend du prestataire choisi.

Alors, quand un client change d’avis en cours de route, m’imposant ainsi de reprendre toute la mise en page, j’apprécie moyennement la plaisanterie.

Lorsque ce même client ne maîtrise pas l’anglais, mais choisit de s’inscrire sur une plateforme rédigée dans cette langue, je simule moi-même la publication pour pouvoir lui indiquer les différentes étapes à suivre. Cela me paraît normal. Mais quand les choses ne se passent pas comme elles devraient et que je dois recommencer cette simulation plusieurs fois, je commence à craquer.

J’envoie des copies d’écran, je détaille la procédure (où cliquer, quoi saisir…) et puis je me rends compte que le client ne l’a pas respectée puisqu’on lui demande un format de fichier différent de celui que je lui ai fourni (et que j’ai téléchargé sans problème). Qu’a-t-il fait ? Mystère !

Chacune de mes réponses me prend du temps : entre une demi-heure et une heure, selon la quantité d’informations et le niveau de détail nécessaire. Nous en sommes à une dizaine. Alors oui, j’en ai « marre de ce client-là » !

Cet article vous a plu ? Partagez-le en cliquant sur l’un des boutons ci-dessous !

4 réflexions au sujet de « Marre de ce client-là ! »

  1. Bonjour Florence,

    Oh, combien je vous comprends. J’ai eu des difficultés semblables avec plusieurs clients.
    Dans notre métier, nous devons aussi apprendre et avoir l’art de poser des limites à nos clients.
    Tout le temps que vous avez passé en plus devrait être facturé.
    Bon courage et bonne continuation…

    Angélique BRILLET

    1. Bonjour Angélique,

      Merci de votre commentaire ! Ce que je retire de cette situation, c’est la nécessité de bien définir et encadrer mes prestations. En l’occurrence, je n’ai pas été assez précise sur les conditions nécessaires pour aboutir à une publication. La prochaine fois, les choses seront mieux encadrées 😉

      Florence

  2. C’est vrai que parfois, certains clients nous mènent à bout. D’ailleurs, j’ai écris récemment un article pour apprendre à gérer ses clients mécontents.

    Néanmoins, je pars personnellement du principe que le client est roi, dans une monarchie absolue. Et j’essaie donc toujours de m’accorder à sa manière de faire, ré-expliquer si nécessaire, etc.

    Après, c’est tout à fait discutable.

    En tous les cas, un bon article, plaisant à lire.

    A bientôt ! :)
    Hugo Weinmann Articles récents..Comment gérer l’insatisfaction client et faire de vos clients mécontents des alliés ?My Profile

    1. Bonjour Hugo,

      Bienvenue sur mon blog et merci pour ce premier commentaire :-)
      En l’occurrence, ce n’est pas d’un client mécontent qu’il s’agit, mais d’un client difficile. Ce qui n’est pas tout à fait la même chose 😉
      Quant au client-roi… Dans une certaine mesure seulement ! Personnellement, je ne suis pas prête à accepter toutes les demandes. C’est aussi cela, le travail indépendant : dire non lorsque le client va trop loin ou lorsqu’il essaie de nous emmener sur des terrains litigieux.

      Florence

Les commentaires sont fermés.