La recette d’un bon correcteur

La recette d'un bon correcteur

À première vue, pour être un bon correcteur, il suffit d’être très rigoureux. Suffisamment en tout cas pour ne laisser passer aucun caractère du texte à traiter et pour vérifier systématiquement ses intuitions lorsque le moindre doute se présente.

Car un bon correcteur doute ! Il doute même souvent. C’est ce qui lui permet de faire un travail de qualité.

Mais ce n’est pas suffisant.

Pour lire la suite de cet article,
vous devez être membre de ce blog.
Déjà membre ? Connectez-vous :
:
:

Pas encore inscrit ? Inscrivez-vous !

Cet article vous a plu ? Partagez-le en cliquant sur l’un des boutons ci-dessous !

4 réflexions au sujet de « La recette d’un bon correcteur »

  1. bonjour florence,
    je suis tout-à-fait d’accord avec cet aspect du travail de correction qui consiste à « ne pas froisser l’auteur », et à être très respectueux de son « bébé ». Le premier travail de correction un peu sérieux que j’ai eu à accomplir m’a permis de l’apprendre tout de suite; c’était une thèse de 380 pages, où il restait, de l’avis de l’auteur « presque rien à corriger », et du mien, encore beaucoup de fautes d’orthographes et de tournures de phrases maladroites. Il a fallu que j’use de toute la diplomatie nécessaire pour faire admettre à l’auteur que ces corrections s’avéraient importantes, pour le bien de son texte, et de sa mention!
    Comme quoi, en tant qu’écrivain public, nous avons à développer de nombreuses cordes à notre arc…
    Bonne journée!
    Mireille.

    1. Bonjour Mireille,

      En effet, tant qu’il ne s’agit « que » d’erreurs indiscutables d’orthographe, de grammaire ou de conjugaison, il est facile de faire accepter les corrections. Mais lorsqu’on s’attaque à des lourdeurs ou des maladresses, c’est bien plus compliqué !
      Écoute, respect, empathie : si on n’est pas prêt à les cultiver, il faut indéniablement changer de métier :-)
      Bonne journée à toi

      Florence

    1. Bonjour Jack,

      Eh oui, on a l’impression que le correcteur travaille seul avec le texte, mais en fait il n’en est rien. C’est un travail d’équipe… et il faut que l’équipe fonctionne :-)

      Florence

Les commentaires sont fermés.