La technique du petit pas, ou l’action perpétuelle

À la croisée des blogs

Mathieu, du blog Penser et agir, nous propose ce mois-ci, dans le cadre du festival mensuel à la croisée des blogs, de réfléchir au thème suivant : « Penser et agir, à quel moment devez-vous passer à l’action ? »

En voilà une question pertinente !

Parmi vous tous qui suivez ce blog et vous nourrissez de ses articles, il y a de nombreux candidats au métier de biographe ou d’écrivain public. Des gens qui s’intéressent à la chose, qui se posent des questions, qui cherchent des réponses

En un mot, qui pensent. À changer de métier, un jour, peut-être.

Réfléchir, c’est bien

Un changement de cette ampleur ne se fait pas du jour au lendemain, vous vous en doutez bien. Ce n’est pas tout à fait aussi simple que de changer de rideaux dans sa chambre (si tant est qu’on en ait !) ou même de voiture.

Changer de métier, c’est aussi changer de vie. De position dans la société. Car lorsque vous voulez vous faire une opinion sur une personne, quelle est la première question que vous vous posez ? Celle de sa profession.

Changer de métier, c’est donc aussi changer de visage aux yeux du monde. Cela mérite un minimum de réflexion. Cela dit, réfléchir tout seul dans votre coin, même si vous glanez beaucoup d’informations intéressantes et utiles, devient vite stérile.

Vous vous constituez une base de données importante, certes. Mais à quoi servent toutes ces données si vous n’en faites rien ? Si vous ne les utilisez pas pour aller plus loin et agir ?

Dans votre cas (celui d’une personne qui se pose la question de devenir biographe ou écrivain public), agir, ce n’est pas forcément (en tout cas, pas tout de suite) se déclarer comme tel auprès de l’URSSAF et démarcher ses premiers clients. Cela commence par bien plus petit.

puce Acheter des livres qui traitent du sujet et les lire
puce Rencontrer ou interroger (par mail ou par téléphone) des personnes en activité
puce Vous adonner à des exercices d’écriture imposés et vous chronométrer
puce Apprendre à taper au clavier avec vos dix doigts
puce …

Agir, c’est mieux

C’est la technique du petit pas. L’un après l’autre, ces petits pas vous font parcourir un bout de chemin et vous amènent finalement au but fixé.

L’idée est donc d’agirtout de suite ! En réfléchissant au fur et à mesure à la direction à prendre et au but à atteindre. Les deux peuvent (et vont) évoluer avec le temps. Mais si vous n’avez pas commencé à avancer, comment saurez-vous vers où aller ?

Ensuite, chaque soir, au coucher, faites le point. Récapitulez vos petits pas de la journée. C’est l’assurance de vous endormir sur une impression positive… et de rêver aux petits pas suivants !

Car soyez-en certain : le chemin ne s’arrête jamais. Même une fois que votre activité est déclarée, il reste de nombreux pas à faire.

puce Créer et distribuer une plaquette de présentation
puce Créer et référencer un site Internet
puce Établir des partenariats
puce Prospecter des clients
puce …

Bannissez les « plus tard » et les « quand j’aurai le temps ». Posez des jalons, fixez-vous des repères. Donnez-vous des dates butoirs. Et avancez.

En ce qui me concerne, un léger sentiment d’urgence est souvent bénéfique à mon activité. Ce qui ne veut pas dire que j’attends forcément la dernière minute pour agir ! Mais pour l’écriture d’un livre, notamment, il me faut une date cible. Un objectif en ligne de mire. Un seuil à franchir pour passer à l’étape suivante.

Une fois lancé, il n’est plus question de « passer à l’action », mais d’agir. Maintenant et toujours. Tout de suite et sans arrêt. C’est l’action perpétuelle.

Alors, quel petit pas allez-vous faire aujourd’hui ?

11 réflexions au sujet de « La technique du petit pas, ou l’action perpétuelle »

  1. Même si je n’envisage pas d’être biographe public (de toute façon, tu es trop forte), la technique des petits pas est chère à mon coeur !

    Elle m’est particulièrement utile pour l’écriture et sans elle, je n’aurais pas fait grand chose.

    Merci, en tout cas, pour ce rappel. 😉
    Jean-Philippe Articles récents..L’argent qui poussait sur les arbresMy Profile

    1. Bonjour Jean-Philippe,

      L’application au cas du futur biographe n’est qu’un exemple : la technique du petit pas est toujours féconde, notamment en ce qui concerne l’écriture.
      Et puis, comme j’ai de petites jambes, ça m’arrange 😀
      Bonne semaine

      Florence

    1. Bonjour Mikael,

      Lao Tseu disait aussi : « Un voyage de mille lieues commence toujours par un premier pas. »
      C’est toujours marche après marche que l’on gravit les plus hautes tours et que l’on finit par « toucher le ciel ».

      Florence

    1. Bonjour Patricia,

      Pendant ces dix ans, tu as dû en faire un paquet, de petits pas. Peut-être très petits, peut-être lentement, mais ce sont ces petits pas, mis bout à bout, qui t’ont amenée là où tu es aujourd’hui :-)
      Ce qui compte, c’est le mouvement. La vie, c’est le mouvement. Et inversement 😉

      Florence

    1. Bonjour Didier,

      Bienvenue sur ce blog et merci pour ce premier commentaire… ou ce premier pas 😉
      Il y a en effet beaucoup de mon expérience personnelle dans cet article, comme dans les autres d’ailleurs !
      Au plaisir de te revoir par ici

      Florence

    1. Bonjour Zenie,

      C’est toujours un plaisir 😉
      La sagesse populaire le dit aussi : petit à petit, l’oiseau fait son nid.
      Nous sommes tous des oiseaux appelés à marcher 😀

      Florence

Les commentaires sont fermés.