Un penchant très naturel

Savoir écouter

Cet article s’inscrit dans le cadre du défi Dix mots, dix blogueurs. Aujourd’hui, les mots penchant et naturel.

Unanimement, on me reconnaît une qualité d’écoute certaine. Je n’ai aucun mérite : c’est un penchant naturel. J’aime écouter !

Enfant timide, j’intervenais peu dans les discussions ou en classe, au grand désespoir de mes professeurs car, comme j’étais bonne élève, ils auraient bien aimé pouvoir compter sur moi pour animer et enrichir leurs cours.

Me suis-je mise à écouter parce que je parlais peu ? Ou parlais-je peu parce que j’étais trop occupée à écouter ? C’est un peu l’histoire de l’œuf et de la poule.

En tout cas, on m’a souvent choisie comme confidente. Comme « réceptacle à secrets ». Puisque je parlais peu, il y avait peu de chance que je répète ce que l’on m’avait confié !

Toutes ces histoires m’ont nourrie et même si je ne trahis jamais les secrets, il m’arrive d’en utiliser des traces pour construire mes propres histoires. En piochant ici un personnage, là une atmosphère. En saupoudrant un paysage connu de détails venus d’un autre lieu.

« Qui parle sème ; qui écoute récolte » disait Pythagore. Je récolte beaucoup. Depuis toujours. Cela m’enrichit. Me fait grandir.

Pas étonnant, dès lors, que j’aie fini par arpenter les chemins de la mémoire à vos côtés…

Quoi de plus naturel, en effet ?

8 réflexions au sujet de « Un penchant très naturel »

  1. Salut Flo,

    Je me reconnais beaucoup dans ce que tu écris-là. Je crois que j’ai beaucoup plus écouté que parlé dans ma vie. (Quoique ces dernières années je rattrape mon retard). D’où le besoin d’écrire, parce qu’on a toujours besoin de s’exprimer, d’une manière ou d’une autre.
    Une de mes collègues semble apprécier mon oreille attentive, notamment il y a peu quand sa maman est morte. J’ai eu l’impression d’être utile. En rigolant elle m’a proposé de me payer la séance comme chez le psy..!

    Dans une vie antérieure j’ai écris:
    « Je suis le récepteur
    De toutes les misères
    Parce que mon grand coeur
    Est grand comme un désert »

    Je dois retourner m’occuper de mes petits insectes, alors à très bientôt et bravo pour ce que tu fais, c’est formidable.

    1. Bonjour Serge,

      Ce n’est pas si étonnant que tu te retrouves dans ce texte : après tout, nous avons un certain nombre de gènes en commun !

      Les oreilles attentives sont très souvent appréciées : beaucoup de personnes aiment parler d’elles-mêmes. Elles ont raison : c’est très libérateur. Même si pour ma part, j’évacue beaucoup mieux par l’écrit… Cela dit, l’écoute se travaille aussi :-)

      Tes compliments me font chaud au cœur. Merci ! Et mes amitiés à tes bébêtes 😉

      Flo

  2. Bonjour Florence,

    Ayant lu ton livre, je ne suis pas surprise de ce que tu partages avec nous dans cet article. Heureuses sont les personnes qui t’ont choisie comme biographe et/ou comme confidente.

    J’ai souvent reçu des confidences, et j’en reçois encore. Et j’en étais toujours un peu surprise, car je suis tout de même une personne qui parle beaucoup.

    Dans une vie antérieure, quand j’étais « patronne », mes employés venaient souvent se confier en me disant, je sais qu’avec toi, ça ne sortira pas de ce bureau. Et c’était vrai. J’ai souvent fait la blague que je dois avoir « une face en forme de confessionnal ».

    Après réflexion, je crois que les gens n’hésitent pas à se confier s’ils ne se sentent pas juger et surtout si on ne les assomme pas avec des conseils. L’ouverture du cœur, c’est ce qui compte.

    Toujours heureuse de te lire,

    MarieBo

    1. Bonjour MarieBo,

      Merci pour ton commentaire.
      « L’ouverture du cœur » : c’est une expression très juste, qui me plait beaucoup !
      Elle va ensoleiller ma matinée :-)
      Bien à toi

      Florence

  3. Bonjour,

    Il est bon de savoir écouter dans un monde où les informations sont si nombreuses que l’on ne prend pas le temps de les décrypter ou de s’arrêter pour entendre ce qui est réellement important. Et puis, comme tu le dis, écouter permet d’engranger des histoires dans lesquelles piocher !!!

    à bientôt
    Rébecca Articles récents..Jeu d’écriture 11 : Vive l’humour !My Profile

    1. Bonjour Rébecca,

      Effectivement, c’est ce que l’on appelle une relation gagnant-gagnant : celui qui parle se fait plaisir (ou du bien) et celui qui écoute se nourrit.
      Bref, ouvrons grand nos oreilles :-)

      Florence

  4. Salut Florence,
    Je me retrouve tellement dans le portrait de cette petite fille sage, studieuse, brillante à l’école, mais qui écoute plus qu’elle ne parle. Moi aussi, très jeune, les mots couchés sur le papier ont été l’exutoire d’une parole qui ne voulait pas se dire. Chez moi aussi, on reconnaît cette qualité d’écoute active, en empathie avec l’autre, dans le respect d’une parole qui se livre sans limite et en confiance. C’est sûr que l’écoute se travaille, mais je crois n’avoir jamais eu l’impression d’y travailler tant cette posture m’a toujours été naturelle. Je crois qu’il n’y a jamais de fumée sans feu. Aujourd’hui, il me semble complètement logique et cohérent d’avoir doucement glissé vers ce métier d’écrivain conseil, biographe, tant j’ai toujours eu le sentiment d’être née pour cela. Sans doute y-a-t-il là quelques raisons psy…quelque chose derrière tout cela… A creuser donc !

    J’en profite pour saluer la qualité de ton livre que j’ai dévoré en quelques heures. Là encore, j’ai eu confirmation que j’étais, enfin aujourd’hui, à la place qu’il me fallait occuper depuis longtemps.
    Salutations. Patricia

    1. Bonsoir Patricia,

      Comme tu dis, il n’y a pas de fumée sans feu, et nous sommes certainement nombreux(ses) parmi les biographes à correspondre plus ou moins à ce portrait.
      Merci pour ton appréciation de mon livre : les compliments sont d’autant plus agréables lorsqu’ils proviennent d’une consœur :-)
      Se sentir à sa place, c’est un bonheur renouvelé chaque jour et je suis heureuse de voir que nous le partageons.
      À bientôt

      Florence

Les commentaires sont fermés.