MAIN

Mains

Ma minouche, ma tendresse, qui s’en va et s’en vient
Avec douceur me caresse et je me sens si bien !
Il a plu sur la terre ; dans la boue elle s’égare,
Nue comme les petits vers qui frétillent dans le soir.

Ma minouche, ma tendresse, elle glisse comme de rien.
A la paume épaisse et de longs doigts sans fin…
Il est tôt, il est tard : elle s’en moque et dessine
Naïve et péremptoire des courbes assassines.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

CommentLuv badge